MILES AHEAD

de (avec) Don Cheadle
USA, 2015

Fin des années 1970. À l’apogée de sa carrière, Miles Davis (joué par Don Cheadle), précurseur du jazz moderne, disparaît du devant de la scène pendant cinq ans. Seul et reclus, il souffre d’une douleur chronique à la hanche, son talent est mis à mal par les drogues et les analgésiques, et les fantômes du passé ne tardent pas à venir le hanter. Lorsque Dave Braden (Ewan McGregor), un journaliste musical particulièrement rusé, réussit à faire le forcing pour entrer chez l’artiste, une complicité s’installe entre les deux hommes : ils vont tenter ensemble de récupérer un enregistrement volé des dernières compositions du musicien. Le comportement imprévisible de Miles Davis est aggravé par les souvenirs de son mariage raté avec la belle et talentueuse danseuse Frances Taylor (Emayatzy Corinealdi) qui fut aussi sa muse…

C’est lorsque Miles Davis est entré au Rock and Roll Hall of Fame en 2006 que l’idée est survenue dans l’esprit de l’acteur Don Cheadle de faire un film biogaphique sur ce musicien dont il est fanatique. Mais la crise financière éclate en 2008 et Don Cheadle devra compter sur la générosité de fans sur un site de financement participatif pour achever son projet et combler l’absence des grands studios hollywoodiens que le réalisateur critique au passage : « Il y a différents critères pris en compte par les financiers pour déterminer si un film est un bon investissement. Et il y a l’idée, non prouvée, que les films avec seulement des acteurs noirs ne peuvent pas connaître une carrière internationale. (…) Mais c’était l’une des conditions pour obtenir une certaine somme nous permettant d’avoir le budget nécessaire pour faire le film. C’est l’une des réalités de l’industrie dans laquelle nous sommes ». Le film est finalement vendu sous le titre provisoire Kill the Trumpet Player lors de l’American Film Market de 2013, mais la campagne de crowfunding n’était pas encore achevée…
La trame dramatique de Miles Ahead est entrecoupée de flashbacks d’une existence extraordinaire, illustrés musicalement avec des pièces mises en lumière dans des albums mythiques tels Kind of Blue, Sketches of Spain, Seven Steps to Heaven et autre Nefertiti. Sauf exception (Gil Evans), les pointures ayant accompagné Miles au fil de ces années ne sont pas clairement évoquées, le scénario se concentre plutôt sur la relation houleuse du musicien avec la danseuse et actrice Frances Taylor qu’il a épousée en 1958. Star de la danse moderne, elle avait abandonné sa carrière sous la pression de son conjoint autoritaire, jusqu’à ce que ce mariage s’écroule dans la violence conjugale et l’adultère.Sans complaisance, la réalisation met en relief ce côté brutal du trompettiste. Colérique, caractériel, bagarreur, violent, armé et… paradoxalement visionnaire, ouvert d’esprit, brillant.
Entre ses crises violentes, Miles Davis regagnait l’autre pôle de sa personnalité pour ainsi redevenir cet être profondément subtil, créateur de haute volée.

photos © Brian Douglas

dimanche 04 mars — 17.00

DIM 04 MARS 17.00

durée 1h40
version originale sous-titrée
à partir de 14 ans

1€ (pas de vente en ligne)

réservez vos places en nous adressant un mail (ci-dessous). Attention, les places non retirées 15 minutes avant le début de la séance seront remises en vente…
E-mail : reservation@lestran.net