La troisième édition du festival se tiendra du 29 nov. au 01 déc. prochain !

 

visuel © Fanny Thauvin Vague Graphique

Le surf et le skate sont à l’origine d’une (contre) culture étonnante, vivifiante, parfois subversive et toujours inspiratrice, car inspirée. Au travers de films, de livres, de rencontres, d’expositions, de musique, nous vous proposons de découvrir des passions, des exploits, des modes de vie, des libertés, et des histoires, susceptibles de changer votre regard… Car loin des clichés, le surf et le skate révèlent de véritables modes de vie et une culture basés sur les valeurs universelles de respect, de solidarité, d’audace, mais aussi de transgression et d’innovation. Leur pratique n’est donc pas que sportive ; elle peut aussi être engagée socialement, philosophiquement, et très souvent liée à une conscience écologique…
En invitant cette année Hugo Verlomme comme parrain, nous souhaitons placer cette troisième édition sous le signe de la prise de conscience nécessaire de l’état de notre planète, du rôle des océans dans son avenir, du lien que les humains doivent renouer avec l’Océan, sa faune et sa flore, de l’amour et du respect qu’ils ont à recréer autour d’eux.

Et comme toujours, le festival rendra hommage à des femmes et des hommes, artistes, artisan.e.s, auteur.e.s, créateur.trice.s, connu.e.s ou anonymes, qui nous ouvrent grand les yeux et les oreilles, nous secouent, nous amusent, nous bouleversent.

Pour mettre en œuvre cette troisième édition, nous avons vu et entendu de nombreux très beaux projets, et avons dû nous résoudre à choisir. La sélection présentée pour ce festival n’est donc qu’une part infime de la riche production artistique inspirée par le surf et le skate dans le monde. Il nous en reste tant à découvrir et faire découvrir !


Un événement organisé par L’ESTRAN, scène de la Ville de Guidel, avec le soutien du Département du Morbihan, en partenariat avec la West Surf Association, la librairie Jojo lit et Lili joue, l’INA, avec la complicité de Skate in Lorient, la Surfrider 56, Les Aventuriers de la mer, les élèves de la 5e B option Surf du Collège Saint-Jean La Salle de Guidel.

 L’ESTRAN
facebook | instagram 

 FESTIVAL SURF & SKATE CULTURE
facebook | instagram 

accès

L’ESTRAN 1 allée de Kerprat 56520 Guidel à 5 min. de la voie express RN 164, sortie Guidel, ou 5 min. des spots de Guidel-Plages.

tarifs

PASS FESTIVAL Prix unique de 5 € pour

  • les projections
  • les spectacles et concerts

ENTRÉE LIBRE pour les rencontres dans le Studio, le skatepark couvert et les expos en journée.

restauration / bar

Vous trouverez sur place de quoi vous restaurez le midi et soir, prendre un goûter (avec Breizh Tentation) et boire un verre, ou un café (bar tenu par la West Surf Association).

le studio

C’est le carrefour du festival, un lieu libre d’accès où se déroulent les rencontres avec les invité.e.s, les concerts, un lieu pour se poser, boire un verre ou manger un truc, et pour découvrir des courts-métrages diffusés toute la journée.

la librairie

En partenariat avec la librairie Jojo lit et Lili joue, nous vous proposons une sélection d’ouvrages sur la thématique de la culture surf & skate, dont les ouvrages d’Hugo Verlomme, parrain de notre édition 2019.

le sk8park

Avec le soutien de la Ville de Guidel et l’association Skate in Lorient, L’ESTRAN et la Wild Skate Association vous proposent un skatepark couvert de 150 m2 juste devant la salle de spectacles durant tout le week-end !

photo © J.-L. Parthonnaud

Hugo Verlomme

Sa carte d’adhésion à la Fédération Française de Surf date de 1965 et porte le numéro 111… Amateur de vagues et de bodysurf — glisse 100 % écologique ! — il vit dans le sud des Landes, à 300 m de la plage.
Hugo Verlomme fait partie des rares écrivains ayant consacré tous ses écrits à l’univers marin :  les vagues, le surf, les voyages maritimes, l’environnement… D’abord journaliste dans les années 1970 (Combat, Le Quotidien de Paris, Les Nouvelles Littéraires, etc.), Hugo Verlomme devient écrivain très jeune avec Détour, le récit d’un voyage d’une année au bout du monde par voie de terre et de mer avec très peu d’argent. Il publie le mythique Cowabunga ! surf saga premier livre français sur le surf en 1976, puis un roman best-seller devenu un livre-culte pour ceux qui aiment l‘océan et la littérature fantastique : Mermere.
Écrivain jeunesse apprécié du jeune public, ses romans sont étudiés dans les collèges, tel le best-seller L’Homme des vagues ou son roman fantastique Samouraï Océan. L’auteur se rend souvent en milieu scolaire pour y parler du futur de l’océan et d’écologie. Hugo est aussi l’auteur d’un livre unique Vagues : Mode d’emploi (2014).
Son dernier livre, Demain l’océan est un plaidoyer pour l’optimisme et l’action, avec pour sous-titre : Un millier d’initiatives pour sauver la mer… et l’humanité.

Baptiste Levrier

Il nous surprend avec ses visions éthérées, ses silhouettes spectrales, ses instants furtifs, contemplatifs… On peut y voir l’influence de la peinture, tels l’impressionnisme et l’expressionnisme abstrait à l’image des silhouettes fugitives, des à-plats de couleurs diffus, des lignes,…
Suggérer plutôt que montrer, stimuler l’imaginaire, l’idée est ici de retrouver ce moment où l’esprit s’évade et les pensées divaguent. Les paysages disparaissent pour ne laisser que leurs traces, un flou mouvant, celui de la vie elle-même, celui des vagues aussi.

Thomas Lodin

Fruit d’une collaboration depuis plusieurs saisons avec la Maison de Surf Oxbow, le jeune et talentueux Thomas Lodin sort son premier livre photo baptisé Impressions.
Peut-être parce qu’il est issu du milieu urbain, Thomas photographie l’océan comme nul autre pareil. Il décompose dans son livre, en trois grands espaces chromatiques, le mouvement perpétuel du surfeur. Le photographe pose un regard artistique sur la culture surf, ses objets, ses histoires, ses hommes ; et ces pages colorées de bleu(s), de blanc(s) et de rouge(s) invitent au voyage.

Lee Simone

Passionné des planches de skateboard des années 70 et 80, Lee Simone nous présentera une petite rétrospective sur l’évolution du skateboard dans les années 70 avec quelques modèles rarissimes…

Gwen Cristien

Cet ex-champion d’Europe de longboard possède une collection de planches de surf intrigantes, collectors, et belles à tomber ! Il nous proposera de découvrir quelques-unes de ses préférées, pour un voyage dans le shape, dans la couleur et le graphisme.

Des siècles de surf vous contemplent !

Avant chaque projection, des élèves de la classe à option surf du collège Saint-Jean La Salle de Guidel donneront lecture de courts extraits de ceux — explorateurs ou écrivains — qui ont découvert le surf voici quelques siècles. Ces extraits sont issus de l’ouvrage 199 citations de surf publié par Hugo Verlomme, parrain de la troisième édition du festival.

Coup d’œil dans le rétro…

En partenariat avec l’INA, nous nous plongeons dans les six dernières décennies de surf et de skate en France avec des petites pépites en vidéo ! En diffusion continue dans le Studio.

ve 29 nov

20.30 ouverture du festival
en présence d’Hugo Verlomme et des invité.e.s du fesdtival

20.45
Glisse libre

2019, France, réalisé par Mégane Murgia, 6 min. (vf)
Le designer Edgar Flauw a adapté le DIY (do it yourself) à la fabrication de planches de surf par et pour des résidents handicapés du Foyer de Kerlivet à Brest. l’idée d’un travail sensible a été au cœur de celui-ci. Un film sensible est né de la rencontre (pendant la première édition de notre festival !) du designer avec la vidéaste Mégane Murgia autour de cette initiative aussi enthousiasmante que bouleversante.

Ce projet produit par l’association Ultra a reçu le soutien de l’AAP multimédia de la Ville de Brest et du dispositif « Culture solidaire » du Conseil départemental du Finistère ainsi que de « Culture Santé » de la Drac Bretagne/ ARS.

20.55
One California Day

2007, États-Unis, Réalisé par Jason Baffa et Mark Jeremias, 96 min. (vost)

Voici un film incontournable de la culture surf, enfin présenté en version sous-titrée grâce à nos amis de Surf Nights (Bordeaux). Tourné en super 16mm de San Diego à Crescent City, le film explore la variété des différents styles et modes de vie qui rendent la Californie si unique, une histoire de la culture et de la tradition du surf à travers les entretiens avec Joel Tudor, Joe Curren, Jimmy Gamboa, Alex Knost, et tant d’autres surfeurs d’exception.

22.45 (dans le Studio)
Saturdays

2018, États-Unis, réalisation Jason Hernandez, 43 min. (vo)

Jaws, Lizzie Armanto, Ben Raybourn, Clive Dixon : toute la team Birdhouse Skateboards s’est réunie pour sa première vidéo en dix ans. La boîte de Tony Hawk, a récemment fêté ses 25 ans, et ses membres historiques Willy Santos, Jeremy Klein, Heath Kirchart ou encore Steve Berra sont bien sûr au rendez-vous . De l’incroyable run d’ouverture d’Aaron Homoki au grand final signé Clive Dixon, le film shooté avec soin par Jason Hernandez va faire chuter plus d’une mâchoire.

11.00 | création sonore
PUISSANTES, propos sur l’influence des vagues

Nadia Sénéchal est enseignant-chercheur à l’Université de Bordeaux, spécialiste de la mesure des vagues en période de tempêtes. Elle mesure leurs paramètres : hauteurs, fréquences, longueurs d’ondes, harmoniques, pulsations, dissipation. Aline Pénitot est navigatrice, compositrice électroacoustique et productrice de documentaires pour la radio.
À partir des données de mesures de vagues et d’entretiens enregistrés, Aline Pénitot crée à Guidel, pour notre festival, une performance sonore sur les liens profonds que nouent plusieurs femmes avec la mer et la puissance de l’océan : Isabelle Autissier (écrivaine, navigatrice), Laurie Peschier-Pimont (chorégraphe et surfeuse), Véronique Mattiussi, historienne,… Immergez-vous dans cette performance sonore, au creux d’un dispositif en multi-diffusion.

 

Conception, compositions, prises de son : Aline Pénitot / Témoignages : Nadia Sénéchal, enseignant-chercheur en hydrodynamique littorale et en dynamique des plages sableuses, spécialiste des vagues en période de tempête ; Isabelle Autissier, écrivaine, navigatrice ; Laurie Peschier-Pimont, surfeuse, chorégraphe ; Véronique Mattiussi, historienne, spécialiste du fond historique du musée Rodin, autrice de « Camille Claudel, l’insoumise » / Scénographie :  Perrine Villemur / Voix chantée : Emily Lechner, Antoine Ageorges (Le Chardon) / Avec le soutien de l’Université et de l’Idex de Bordeaux, du laboratoire EPOC, environnement et paléo-environnement océanique et continentaux, et de L’ESTRAN.

nombre limité de places, réservation préalable obligatoire en adressant un courriel à reservation@lestran.net (merci de préciser la date choisie) !

13.30
90’s

États-Unis, 2019, réalisé par Jonah Hill, 84 min. (vost)

Pour sa première réalisation, le comédien Jonah Hill signe un film solaire, bouleversant, avec de jeunes acteurs issus d’un casting sauvage. Dans le Los Angeles des années 90, Stevie, pré-ado, a du mal à trouver sa place entre sa mère souvent absente et un grand frère caractériel et brutal. Un jour qu’il traîne à vélo, il remarque un groupe de skateurs, devant une boutique. Leur dégaine, leur insolence décontractée, leur virtuosité agissent comme un aimant. Il ne tarde pas à rejoindre cette tribu de quatre garçons plus grands et plus âgés que lui, des ados délurés mais bienveillants passant leurs journées entre errances et bitures, rires et bleus à l’âme comme au corps. Ces kids-là, on ne veut plus les quitter au générique de fin. Et rester avec eux, à glisser sur le bitume, le sourire aux lèvres et la vie devant nous. L’un des meilleurs films de l’année.

15.00
Photo de surf : Thomas Lodin et Baptiste Levrier

On parle photographie, surf trip, couleur, lien entre photographe et surfeur-surfeuse… On découvre les livres qu’ils publient ou auxquels ils ont collaboré. Et on regarde d’un autre œil leurs expositions pendant le festival.

15.30
Beyond the Noise

Australie, 2018, réalisé et produit par Andrew Kaineder, 40 min (vost).

Distrait par les réalités de notre propre invention, le monde naturel devient invisible, la technologie est notre roi. Alors que les fissures de notre société se répandent, deux surfeurs (Noah Lane et Harrison Roach) cherchent refuge dans l’immensité de l’océan, loin de la clameur assourdissante de l’humanité. Avec une bande son impressionnante de Joseph Franklin et des images incroyables de Todd Barnes et Andrew Kaineder, ce film déchaîné et dangereusement proche de la liberté est une véritable œuvre d’art, une ode à l’océan.

16.10
Fish People

2016, États-Unis, réalisé par Keith Malloy, 48 min. (vost)

Pour certains, l’océan est un lieu de craintes et de dangers. Pour d’autres, c’est un terrain de jeu offrant un nombre infini de possibilités, toutes synonyme de joie et de liberté. Ce film nous plonge dans la vie d’une poignée de personnes ayant consacré leur vie à l’océan. Fish People nous montre l’influence que peut avoir l’océan sur une personne, en laissant derrière soi ses limites et afin de trouver un sens plus profond dans la pureté de ses eaux salées.

Projection offerte gracieusement par Patagonia.

17.00
Hugo Verlomme : océaniser l’humanité…

Hugo Verlomme est un pionnier. Avec ses ouvrages, parus dès 1976 (Cowabunga ! Surf Saga), il était le premier à défricher et décrire des réalités, et inventer des contes écologiques romancés (Mermere en 1978) qui auront inspiré d’autres écrivains.

Porté par un optimisme communicatif, le dernier ouvrage d’Hugo Verlomme Demain l’océan : des milliers d’initiatives pour sauver la mer… et l’humanité est un plaidoyer pour nous ré-océaniser. Car pour lui, le temps de l’océan est enfin venu.

Armés d’une planche de surf ou d’un smartphone, à bord de voiliers low-tech ou de navires à hydrogène futuristes, ils sont des millions, connus ou inconnus, à sauver requins et baleines, dauphins ou hippocampes, à cultiver le corail ou les algues, à dialoguer avec les cachalots ou à créer des sanctuaires. Autant de lanceurs d’espoir, qui inventent des techniques et des métiers pour dépolluer l’océan, le guérir, ou capter son inépuisable énergie. Ce livre nous ouvre aussi les portes de l’océan digital dans un gigantesque crowdsourcing océanique mettant leurs données en commun pour un futur durable et innovant, en harmonie avec notre élément originel.

À contre-courant des discours actuels, Hugo Verlomme met également en lumière les paradoxes de l’éco-citoyenneté et tente de concilier le plastique (qui n’utilise que 5 % de pétrole) avec le développement durable et la préservation de ressources naturelles. Mais sans perdre de vue le désastre de l’abandon : si le littoral souillé n’est que la face émergée de l’iceberg, ses plages sont notre mauvaise conscience et la vraie pollution est invisible sous la surface de l’océan.

Une rencontre riche, donc, avec ce bodysurfeur au regard lucide sur l’état de notre société et à l’optimisme contagieux.

Et comme un espoir : Mermere devrait être adapté au cinéma par un studio américain, et le roman sera ré-édité début 2020. Un pionnier, on vous disait…

17.30 | CRÉATION  MUSICALE
Jack London, waterman

Avant une lecture musicale rock créée pour le festival, Hugo Verlomme évoque Jack London, l’un de ceux qui ont permis au surf de se diffuser aux Etats-Unis : « l’amour de la mer est immémorial, il transcende nos cellules et nous habite parfois de façon aussi tenace qu’inexplicable. Jack London fait partie de ces êtres qui ont de l’eau salée dans le sang ». Retour sur ses aventures sur l’océan, jusqu’à la découverte du surf à Waikiki.

 

17.45
Ainsi Jack voit la vie

Nous avons proposé à Frédéric, Stéphane et Vincent, musiciens guidelois formant le groupe Ainsi Jack voit la vie (coïncidence !) d’imaginer une création musicale sur la lecture du chapitre Un sport royal extrait de La croisière du Snark de Jack London. L’auteur y découvre et pratique pour la première fois le surfing. À bord du Snark, un ketch de douze mètres de long, London embarque depuis San Francisco pour les mers du Sud en avril 1907 et atteint Honolulu un mois plus tard. C’est à Waikiki que l’écrivain, son épouse, et leur fils s’installent. A Royal Sport : surfing at Waikiki est d’abord un article publié dans le magazine national Woman’s Home Companion en octobre 1907. Il sera repris dans son roman The Cruise of the Snark devenu un best seller en 1911. Avec ce succès, Jack London contribue à accélérer la diffusion du surf vers les États-Unis.

18.15
Derrière le mur, la Californie

2015, Allemagne, réalisé par Marten Persiel, 90 min. (vost)

Sur fond de rébellion générationnelle, ce film se penche sur les balbutiements de la « sub culture » skate en RDA jusqu’à cet automne 1989 (il y a pile 30 ans) où le mur de Berlin s’écroula. Nous suivons trois gamins (dont le fameux ‘Panik’) qui découvrent l’amour du skateboard sur les trottoirs fissurés de l’Allemagne de l’Est. Une folie, un sport inacceptable, c’est sûrement ce qui le rendait si excitant ! Ce conte de fées à l’accent underground sur fond de Guerre Froide a été créé par ce groupe de jeunes qui ont pu capter leurs vies en Super 8, nous permettant ainsi de découvrir la vie en RDA comme jamais auparavant. Un film troublant.

21.00
Adriatik’s trip

2018, France, réalisé par Thomas Deregnieaux, 5 min. (vf)

Après une analyse des fichiers météorologiques, le photographe et vidéaste Thomas Deregnieaux et le surfeur explorateur Erwan Simon décident de se diriger vers l’Albanie. Le surf est tout simplement inexistant des mentalités et la pratique aura laissé dubitatifs les locaux. Les journées offrant des conditions de surf se comptent sur les doigts de la main en une année.

21.05
Surf Saga Égypte

2019, France, réalisé par Erwan Simon, 15 min. (vf + vost)

Une nouvelle fois, le surfeur explorateur Erwan Simon est parti découvrir des vagues non répertoriées, non documentées, voire jamais surfées. Cette fois-ci, direction l’Egypte. Il présente pour la première fois ses images.

 

suivi d’une rencontre avec Erwan Simon et Thomas Deregnieaux.

21.30
Shaka

2018, France, réalisation Mathieu Crépel et Morgan Le Faucher, 75 min. (vf)

Entre océans et montagnes, voici l’aventure unique, le parcours passionné du champion du monde de snowboard Mathieu Crépel. Filmé et raconté par son ami d’enfance Morgan Le Faucheur, Mathieu se lance le défi de surfer la mythique vague de Jaws à Hawaii. Le type de vague qui peut entraîner les surfeurs à 15 mètres sous la surface et leur briser les tympans au passage, voire même les retenir assez longtemps pour que leurs poumons se vident. Un récit intimiste sur fond de préparation intense. Impressionnant.

22.45 | CONCERT
Rude Medicine

Duo angevin électro-groove composé de DJ Spook (machines, platines, scratch) et Dr Jack (machines), les sorciers de Rude Medicine proposent une potion à base de hip-hop, breakbeat, new funk, jungle, tropical, parfaite pour finir la soirée du samedi.

11.00 | création sonore (2nde séance)
PUISSANTES, propos sur l’influence des vagues

À partir des données de Nadia Sénéchal, enseignant-chercheur spécialiste de la mesure des vagues en période de tempêtes à l’Université de Bordeaux,  et d’entretiens enregistrés, Aline Pénitot navigatrice, compositrice électroacoustique et productrice de documentaires pour la radio, crée à Guidel une performance sonore sur les liens profonds que nouent plusieurs femmes avec la mer et la puissance de l’océan : Isabelle Autissier (écrivaine, navigatrice), Laurie Peschier-Pimont (chorégraphe et surfeuse), Véronique Mattiussi, historienne,… Immergez-vous dans cette performance sonore, au creux d’un dispositif en multi-diffusion.

 

(voir descriptif complet dans la présentation de « samedi »)

nombre limité de places, réservation préalable obligatoire en adressant un courriel à reservation@lestran.net (merci de préciser la date choisie) ! 

 

11.45
Rencontre avec les « puissantes »…
Rencontrez la compositrice Aline Pénitot, la chercheuse Nadia Sénéchal et Laurie Peschier-Pimont, chorégraphe et surfeuse.

13.30
Chicks on Boards

2018, Allemagne, réalisé par Dörthe Eickelberg, 90 min. (vost)

Le surf est l’expression d’une vie en liberté. Mais cette liberté entre ciel et mer a ses limites lorsqu’il s’agit des femmes, au plus tard lorsqu’elles regagnent la terre. Dans beaucoup de cultures, une femme sur la planche est un affront, souvent synonyme d’exclusion, de sanctions, voire de conséquences encore plus graves. Certaines ignorent ce danger, et continuent à surfer. Dörthe Eickelberg, présentatrice d’Arte et surfeuse passionnée, entame un tour du monde à la rencontre de jeunes femmes qui, malgré leur religion, leur couleur de peau ou leur tradition, veulent conquérir un bout de liberté sur la planche, sur la mer. En prenant le risque de tout perdre.

Présenté en version sous-titrée grâce à nos amis du Brest Surf Film Festival.

15.00 (dans le Studio)
Bowl de campagne

2019, France, réalisation Olivier Lambert, 21 min. (vf)

Avec moins de 1500 habitants, Chaulgnes est un banal village de la diagonale du vide, dans la Nièvre. À la fin des années 90, l’arrivée du skateboard change la vie des habitants. Jusqu’à semer de génération en génération la fibre de la glisse et du punk. Quand des ados se prennent en main pour obtenir la construction d’un bowl…

15.25
Boards story : Lee Simone

Passionné des planches de skateboard des années 70 et 80, Lee Simone nous présentera une petite rétrospective sur l’évolution du skateboard dans les années 70 avec quelques modèles rarissimes…

15.50
Single Fin

2019, France, réalisé par Gaëtan Chagneaud, 8 min. (vf)

Ce documentaire-portrait suit la route de Philippe Naud, surfeur depuis l’âge de 20 ans, originaire de l’île d’Yeu. Il y a onze ans, Philippe perdait sa jambe dans un accident de moto. Mais il n’a pas arrêté le surf pour autant, puisqu’il est maintenant membre de l’équipe de France Handi-Surf et médaille de bronze aux championnats d’Europe à Viana do Castelo. Le récit d’une longue aventure vers la quête du succès.

En présence de Gaëtan Chagneaud

16.00
Alive

2018, France, réalisé par Valère Caneri, 21 min. (vf)

C’est l’histoire de quatre surfeurs français passionnés, victimes d’accidents de la vie, qui ont décidé que rien ne pourrait les séparer des vagues. L’histoire aussi d’hommes déterminés qui ont su faire de leur handicap une force. Eric Dargent, Ismaël Guilliorit, Laurent Marouf et Benoît Moreau ont mis cap sur l’archipel des Mentawai. Une aventure exceptionnelle à bien des niveaux.

 

 

Suivi d’une rencontre avec Benoît Moreau

16.30
The Outrider

2018, Royaume-Uni, réalisation Jeremy Joyce et Rob Lockyear, 30 min. (vost)

En 1979, Mike Strident a construit un aileron révolutionnaire : The Outrider. Strident a le monde à ses pieds, il est le surfeur le mieux payé de l’histoire et s’en donne à cœur joie en parcourant le monde entier… C’est alors qu’apparaît le thruster ! La planche de surf à trois ailerons le met totalement sur la touche et son empire s’effondre. Trente ans plus tard, le surfeur Californien (un tantinet frappé) Tommy Tonata découvre l’original Outrider et tente de ramener Strident sur le devant de la scène… Un film drôle où les deux réalisateurs s’en donnent à cœur joie avec les clichés et les gags, servis par des comédiens au top !

17.00
Maestral

2019, France, réalisation Valère Caneri, 13 min. (vf)

Il existe une colère de la nature bien connue des méditerranéens. Pendant plusieurs jours, la mer se met à fumer aux premières lueurs du jour. Des trains de houles énormes foncent à toute vapeur vers la Corse et la Sardaigne. L’air est sec et froid. Le ciel dégagé. La faute à ce vent de couloir très violent, qui souffle de secteur nord-ouest à nord. Le mistral. Ce phénomène naturel a renversé des générations de marins. Jérémy et Ludovic Teulade, surfeurs pros, se sont lancés le défi de naviguer en stand up paddle dans ces conditions extrêmes, suivre le flux au départ de La Ciotat pour rejoindre le nord de la Corse. Plus de 200 km en pleine tempête. Une odyssée réalisée en relais entre deux frères. Avec des rafales à 52 nœuds et des vagues de 4-5m…
Projection gracieusement offerte par Oxbow, dont les frères Teulade sont ambassadeurs.

17.15
Changement climatique : le rôle primordial de l’océan

Antidia Citores, Vice-présidente de la Plateforme Ocean & Climate (une coalition de 70 acteurs internationaux) et membre de la Surfrider Foundation Europe nous expliquera les défis à relever pour l’humanité afin d’assurer sa survie sur notre planète à l’heure du bouleversement climatique.

Couvrant 71 % de la surface du globe, l’Océan est un écosystème complexe qui fournit des services essentiels au maintien de la vie sur la Terre. Plus de 25 % du CO2 émis chaque année par l’Homme dans l’atmosphère est absorbé par l’Océan ; il est également le premier fournisseur net d’oxygène de la planète, jouant un rôle tout aussi important que les forêts. L’Océan constitue donc le principal poumon de la planète et se trouve au coeur de la machine climatique planétaire.

Visioconférence avec la complicité de l’antenne Morbihan de la Surfrider Foundation.

17.45
Skate Kitchen

États-Unis, 2018, réalisé par Crystal Moselle, 105 min. (vost)

A New-York, la vie de Camille, une adolescente solitaire et introvertie va radicalement changer en intégrant un groupe de jeunes skateuses appelé Skate Kitchen. Dans ce long-métrage lumineux, la réalisatrice Crystal Moselle nous immerge intimement et profondément au cœur de cette bande (elles incarnent leur propre rôle). Un film authentique, bourré de sincérité, qui célèbre avec poésie et bienveillance la solidarité et la persévérance féminines dans deux des plus grands challenges de la vie d’une femme au 21ème siècle : le passage à l’âge adulte et son désir d’avancer dans un milieu contrôlé par les hommes. C’est aussi peut-être, en filigrane, l’histoire de Crystal Moselle elle-même qui est parvenue à s’imposer dans le milieu encore bien trop masculin du septième art.