Pj5

/ensemble

Initialement conçu comme un concert de sortie de résidence à L’ESTRAN le vendredi 18 septembre, ce concert a dû être reporté ce mardi 17 novembre 2020.

Créé en 2010 par le guitariste et compositeur Paul Jarret (que l’on retrouve aux côtés d’Ellinoa dans The Ballad of Ophelia en novembre), le quintet Pj5 mêle habilement jazz moderne — celui de New-York et et de l’école scandinave — et sonorités rock-pop teintées d’électro.
À l’occasion des dix ans du groupe, après trois albums et plusieurs collaborations avec des musicien(ne)s extérieurs, Paul Jarret revient au quintet originel et compose un nouveau répertoire pour emmener plus loin la réflexion et la recherche d’esthétique originale de ce groupe qui s’est déjà précisée et affinée au cours des années. Jouer des oppositions entre écriture et improvisation, entre mouvement et statisme, entre éléments de langage pop et recherche structurelle savante, entre transe de répétition et trame de narration, entre intimisme acoustique et grandiloquence électrique.

Avec les conséquences sociétales qu’implique la crise actuelle, le terme « ENSEMBLE » prend un tout autre sens. Il est l’inspiration de cette nouvelle création du Pj5, dans la pluralité de ses significations possibles : interaction, progression, unité, énergie, soutien, complémentarité, association, construction… C’est une notion bouleversée lors du confinement du printemps 2020, et qui sera essentielle à l’après et plus généralement au futur de l’avenir de l’humanité, sur fond de bouleversement climatique et de crises économiques et sociales.

We must learn to live together as brothers
or perish together as fools
.*

Martin Luther King

* Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.

Il entre aussi en résonance avec le principe même du fonctionnement musical du Pj5, véritable « ensemble » au sens littéral soudé par dix ans d’existence, dans lequel le jeu collectif, l’interaction, l’écoute mutuelle sont des éléments-clés. Le jouer ensemble, inhérent à toute musique mais plus encore au jazz et aux musiques improvisées, est un élément fondamental de la musique du Pj5.
Dans cette nouvelle création, Paul Jarret accordera une place centrale à l’objet mélodique, qui sert de support au déploiement de la composition, mais également de guide à l’auditeur. Il poursuivra son utilisation d’un certain « ultra-diatonisme » qu’on peut retrouver dans la musique rock et pop aussi bien que chez les compositeurs contemporains post-minimalistes (Arvo Pärt, Max Richter…). Puisant largement dans les explorations timbrales et électroniques d’une certaine frange de la musique pop alternative et innovante (Bon Iver, Sigur Rós), le groupe approfondira l’utilisation des effets électroniques sur des instruments acoustiques (saxophone, trombone, contrebasse) pour enrichir la palette des timbres disponibles.
La création s’appuiera sur un ensemble de citations, extraits d’œuvres littéraires, poétiques, discours, évoquant de différents points de vue cette notion d’ensemble. Au-delà d’inspirer les titres des différentes pièces du répertoire, ces textes seront la matière première d’une création visuelle accompagnant le concert : la part visuelle de la création est confiée à Romain Al’l, artiste vidéo, et la création lumière à Nicolas Bazoge.

Paul Jarret guitare & compositions
Maxence Ravelomanantsoa saxophone ténor
Léo Pellet trombone
Alexandre Perrot contrebasse
Ariel Tessier batterie

Création produite par Pégazz & L’Hélicon, coproduite par L’Astrada – scène conventionnée (Marciac) dans le cadre d’une résidence bénéficiant du soutien du Centre National de la Musique, et l’accueil en résidence de L’ESTRAN (Guidel).